Un voyage de jubilé sur le Queen Elizabeth

Les sœurs de la reine

« Le lever du soleil me réveille, je dois me lever du lit, aller sur le balcon, saisir l’instant. »

- Christof Stefaner


Voyageur

Christof Stefaner

Christof Stefaner, client de Kuoni, travaille comme informaticien depuis de nombreuses années, apprécie la détente, le jazz sophistiqué, la bonne cuisine, un beau voyage et cultive encore bien d’autres intérêts pour lesquels ne dispose jamais assez de temps. Il est épris de la Queen Mary 2.

« Sister ship ». Perplexité. « Bateau sœur ». La traduction n’arrange pas les choses. La meilleure définition me semble être la suivante : « One of two or more essentially similar ships usually built from the same general plans ». Cela signifie que l’utilisation fréquente du terme navire-jumeau pour le Queen Elizabeth de Cunard s’applique au Queen Victoria et vice-versa, mais n’est pas correcte en ce qui concerne le Queen Mary 2. Car celui-ci est unique et il a deux sœurs, mais pas de navire-jumeau. 

Cette clarification au tout début de ce bref récit de voyage est essentielle. Elle explique la composition actuelle de la flotte aux amateurs de croisières qui ne se sentent pas encore « Cunarder ». Il y a trois bâtiments. Three Queens. Ce qui est certain, c’est que la compagnie maritime Cunard fête cette année son 175e anniversaire, et nous pouvons tous y participer. On peut en faire l’expérience soi-même à bord du vaisseau amiral, le Queen Mary 2, ou de l’une de ses deux sœurs, le Queen Victoria ou le Queen Elizabeth. La curiosité l’a emporté et nous nous sommes donc retrouvés sur le Queen Elizabeth. Qui serait aux commandes ? Ce n’est pas une facile question. Ce ne sera pas un commodore, le plus haut gradé de la flotte Cunard. Il ne s’agira pas non plus d’un commandant de bord, du moins pas au sens spécifique du terme, c’est-à-dire pas d’un commandant de bord de sexe masculin. Pour la première fois, nous serons à bord d’un navire Cunard avec une commandante, la capitaine Inger Klein Thorhauge. Et ce n’est pas la fin des particularités. Nous n’avons la possibilité de monter à bord que d’un seul navire, mais cette fois-ci, nous avons l’énorme chance de pouvoir participer à un défilé de la flotte. Cette opportunité est rare, bien qu’en cette année jubilaire, on ait même eu le choix. Au départ de Southampton, port d’attache de la flotte Cunard depuis des décennies, ou de Liverpool, ancien siège de l’entreprise Cunard. Certainement pas depuis Hambourg, le port d’attache prétendument « secret » (pour flatter les amis allemands), et certainement pas depuis Hamilton, aux Bermudes, où la flotte est enregistrée (les vrais « Cunarder » ne veulent pas non plus se soucier de ce fait). Les choses sont parfois un peu compliquées.

Avec cette indispensable histoire, nous atteignons, après notre voyage via Londres Heathrow, les terminaux de croisière de Southampton, dans notre cas le traditionnel terminal Queen Elizabeth 2. Juste à côté, au moderne Ocean Cruise Terminal, se trouve le Queen Mary 2 dans toute sa splendeur et sa majesté. Pour nous, l’enregistrement se fait rapidement et nous entrons enfin - après un long regard de la passerelle vers l’autre, énorme « Red Funnel » - à bord du Queen Elisabeth : « Mind your step! ». Il faut simplement aimer cette expression, on peut même être ému. En entrant dans le Grand Lobby par la suite, de nombreuses larmes de joie ont sans doute déjà été versées. Plus que deux choses nous séparent de la détente totale à bord : l’arrivée des valises et l’exercice de sauvetage en mer l’après-midi. Nous oublions cela pour l’instant, trouvons de manière routinière notre cabine et profitons de la vue familière et du beau balcon avec une vue magnifique. Au loin, nous apercevons le Queen Victoria. 3 Queens, comme dit plus haut. Plus rien ne peut mal tourner maintenant. Satisfaits, nous nous rendons au restaurant buffet, après l’arrivée et la tension, nous voulons nous assurer que Cunard tiendra également ses généreuses promesses culinaires.

Le déjeuner précoce et tranquille, du meilleur point d’observation, était excellent, les valises sont arrivées dans la cabine, nos souhaits pour le dîner ont été exaucés. Tout le reste fonctionne comme sur des roulettes ici, l’ambiance est à son comble. Mais le meilleur reste à venir, lorsque, en fin d’après-midi, les Queens de Cunard se rassembleront pour le défilé. Mais auparavant, une tournée d’exploration de tous les ponts est prévue au programme ; la météo joue le jeu.

Le moment venu, le Queen Victoria est le premier à larguer les amarres et il s’approche ; à bord du Queen Elizabeth, nous quittons également notre terminal et cédons le passage au Queen Mary 2, qui glisse maintenant lentement devant nous et pour prendre la tête. Les ponts sont bondés de gens qui se saluent, les bateaux font retentir leur sirène. Nous sommes de la partie, ça arrive. Le temps s’est un peu rafraîchi, alors je suis content de constater que l’avant du pont supérieur du Queen Elizabeth est protégé, mais que la visibilité est toujours excellente. De petits voiliers et bateaux à moteur nous accompagnent dans le Solent, le bras secondaire de la Manche. Le chenal est étroit, nous naviguons en ligne jusqu’au château de Calshot, où des centaines d’observateurs se sont déjà réunis pour dire au revoir à Southampton. Entre les bouées de marquage, nous nous engageons dans une courbe élégante vers l’île de Wight et nous la dépassons. Tout est calme, on n’entend que le vent, l’atmosphère crépite. De temps à autre, je change de position sur le navire pour observer derrière nous le Queen Victoria, qui est baigné d’une lumière d’une terrible beauté alors que le soleil perce la couverture nuageuse. Le Queen Mary 2 se trouve maintenant tranquillement un peu en retrait, et même le ciel derrière lui dévoile à nouveau son bleu. Plus nous nous déplaçons vers l’est, plus nous prenons la tête, le Queen Victoria nous suit pendant un moment, le Queen Mary 2 se laisse retomber lentement, bientôt nous sommes laissés à nous-mêmes, le pilote quitte le paquebot. Petit à petit, les ponts se vident également, une dernière fois, je jette un dernier regard en arrière, je veux capturer l’instant pour toujours.

Cette image dans ma tête, je n’ai pas le temps pour la tristesse, il est grand temps de se préparer pour le premier dîner. Nous ne sommes pas déçus, Cunard offre également sur le Queen Elizabeth toutes les commodités que je puisse espérer d’une belle soirée. Gastronomie, service et ambiance sont, comme d’habitude, de première classe ; on peut se sentir à l’aise. Après une courte visite du paquebot, un cocktail au Commodore Club conclut cette longue et inoubliable journée. Avec un détour par le pont ouvert, la pleine lune nous accompagne vers la cabine douillette. C’était incroyable.

Le lever du soleil me réveille, je dois me lever du lit, aller sur le balcon, saisir l’instant. Je suis réveillé et prêt pour cette journée en mer. Parce que je sais à quel point, il est précieux. Notre bonheur ne s’arrête pas, nous feuilletons le livre d’images par beau temps, lors d’un formidable petit déjeuner avec vue panoramique. Au cours de la journée, nous ne perdrons pas trop de temps à peser les mérites du Queen Mary 2, du Queen Elizabeth ou du Queen Victoria l’un contre l’autre, nous aurons amplement l’occasion de le faire dans les semaines à venir, en se souvenant. Au contraire, nous nous laissons porter par l’ambiance. Nous sommes heureux de pouvoir nous entourer de luxe et de confort, et cette journée sur la Manche est radieuse, elle me rappelle des moments caribéens. C’est pourquoi nous profitons de l’occasion pour lézarder paresseusement au soleil pendant quelques heures, bien qu’il y ait tant à découvrir et à faire. Les interruptions les plus appréciées sont, bien sûr, assurées par le programme culinaire à bord, et, entre deux, on peut toujours trouver une bonne occasion de siroter un cocktail. L’infiniment longue traînée dans l’océan avec les résidus de deux cargos chinois me laisse songeur. Je me distrais en suivant le tourbillon de nos hélices jusqu’à l’horizon bleu. Le monde devrait être si beau partout.

Dans le lit céleste en mer, en m’endormant, je laisse repasser mes souvenirs des dix dernières années, le développement de Cunard sous la Carnival Corporation dans ce court laps de temps, et le développement du tourisme croisière en général.

Sur le modèle des trois Queens, j’aurais donc trois souhaits imaginaires. Tout d’abord, que Cunard conserve toujours un peu du flair qui émane d’une traversée transatlantique traditionnelle pour rayonner sur les croisières détendues sur les océans du monde. Deuxièmement, que Cunard maintienne le standard élevé pour ses clients et relève tous les défis d’aujourd’hui en termes de durabilité dans le tourisme de croisière. Troisièmement, je voudrais encore une fois, au moins une fois, naviguer sur un paquebot de Cunard - pour plus de deux nuits.

Nous sommes arrivés sur l’Elbe à Hambourg. J’ai bien dormi, mais trop peu, comme pendant toute la semaine. Les trois jours valurent tous les efforts. Tous les souvenirs de ce 175th Anniversary sont rangés en toute sécurité dans la valise. La commandante Inger Klein Thorhauge a personnellement signé le magnifique graphique des Three Queens en souvenir. Mais le commodore Bernard Warner - il mérite bien sa retraite - va toujours me manquer. Le Queen Mary 2 reste la reine. Et bien que de courte durée, à la fin du voyage, nous avons une certitude quant à notre propre perception : it’s a sister. A beautiful one. 

Texte : Christof Stefaner
Photos : Christof Stefaner / DER Touristik Suisse SA

Conseils voyages Kuoni

Prenez rendez-vous pour des conseils avec un expert dans une agence de voyages près de chez vous afin d’en apprendre davantage sur votre hôtel préféré. Grâce à l’aide de nos experts, vous trouverez le voyage qui vous convient le mieux.

Prendre rendez-vous pour des conseils