Un joyau de patrie

Comment Josie et Jessica Fernando unissent les cultures avec leur propre label

Reisende

Josie & Jessica Fernando

Jessica und Josie fehlt in der Schweiz die Easyness, das Einen-Gang-Zurückschalten, von den Srilankesen. Ihr Vater kommt aus Sri Lanka, ihre Mutter aus Österreich, aufgewachsen sind die beiden Schwestern in der Schweiz. Zwischen Heimweh und der Sehnsucht nach fernen Ländern, haben Josie und Jessica Fernando das Schmuck- und Schallabel Kinsfolk gegründet — um ihre Heimatländer, die Schweiz und Sri Lanka, zu vereinen, um gemeinsam zu reisen, immer wieder zum einen und anderen Heimatort.

« Voyager, c’est la liberté de combler le mal du pays et l’envie de voyager ; avec la sœur, avec la grande famille — avec Kinsfolk. »

 - Josie et Jessica Fernando 

Une odeur subtile et bien particulière d’air humide mélangé à des coquilles de noix de coco brûlées et un soupçon de curry dans le nez. Le son des klaxons des voitures et les cris des conducteurs de tuk-tuk à l’arrière-plan, un gin tonic à la main – la vue erre vers la ville verdoyante. Non loin de là, une tour du temple du Bouddha brille d’un rouge éclatant sous le soleil couchant. Il doit être environ six heures du soir, car c’est toujours le moment qu’a lieu un vol de nuit spectaculaire. Au-dessus de nous, se trouve un couloir aérien de 30 mètres de large. Les grandes chauves-souris dessinent silencieusement leurs boucles, les yeux peuvent à peine les suivre. Pendant ce temps, à l’aéroport international de Bandaranaike, les avions atterrissent au milieu d’une mer de palmiers ondoyants qui tapissent agréablement la métropole étincelante. Nous sommes à Colombo. Mais pas dans les rues, mais en hauteur, sur une terrasse sur le toit. Celle du père de Josie et Jessica. Un Sri lankais qui a grandi ici, mais qui n’est pas traditionnel classique et qui a, déjà à la fin des années 1960, beaucoup voyagé. À ses filles Josie et Jessica Fernando, il a transmis non seulement la passion des voyages, mais bien plus encore : une autre patrie, le Sri Lanka. Et c’est ainsi que naquit Kinsfolk.

« Le Sri Lanka a connu une très longue histoire coloniale, la dernière étant anglaise. Cela a eu une très forte influence sur notre père », raconte Jessica. L’influence de cette période coloniale se fait encore sentir aujourd’hui — dans les soi-disant clubs, qui ne sont accessibles qu’aux membres ou amis des membres. Swimming Club, Golf Club, Orient Club, Royal Club, this n that club. Pour Josie et Jessica, les bâtiments de style colonial construits par les Anglais sont bien plus qu’un joli endroit pour siroter des cocktails — ils sont un souvenir de leur jeunesse. Adolescentes, elles pouvaient très bien rester à Colombo pendant les vacances, après tout, elles sortaient souvent et avec grand plaisir. « C’était encore pendant la guerre civile », se souvient Josie. Il y avait un petit groupe de jeunes gens avec qui on leur permettait de sortir. C’était incroyablement génial, une immersion dans un autre monde. « Et partout se trouvaient ces points de contrôle », ajoute Jessica. Cela rendait l’ambiance très particulière. Il n’y avait presque pas de touristes dans les clubs. Ce n’est que plus tard qu’on les rencontrait plus souvent le soir. C’étaient des volontaires venus sur l’île après le tsunami. Les clubs - une partie de leur jeunesse liée à de nombreux souvenirs et émotions, aujourd’hui un rituel fixe de leur propre Sri Lanka. La sieste quotidienne de l’après-midi est une de ces choses, une visite aux « flats » en est une autre.

Une visite à leur « nana », la grand-mère, aux « flats » — les premiers immeubles d’appartements multiétages du Sri Lanka. En fait, « multiétages » ne signifie que trois étages. Les immeubles sont mieux connus sous le nom Bambalapitiya flats et leurs habitants sous le nom de « flaters ». Ainsi, leur père est « one of the flats ». Aujourd’hui, dans de nombreux endroits du Sri Lanka, on construit simplement des maisons hautes et bon marché. Les flats, par contre, sont toujours beaux — et surtout très bien situés : un quartier qui se trouve directement au bord de la voie ferrée. Traverser les voies ferrées, que ce soit à Colombo ou n’importe où le long de la côte jusqu’à Matara, est une sensation familière. Quelque chose qu’on ne peut faire que là-bas : traverser les voies où l’on a justement envie. Il n’y a pas de barrières de sécurité ni même de signaux lumineux. On regarde le long de celles-ci, vers l’avant, vers le lointain, vers l’arrière, vers l’immensité — c’est quelque chose de mystique. Une fois les rails traversés, on rencontre les « rocks » et enfin la mer. Mais les sœurs ne la visitent pas ici, car la côte de Colombo est assez « rough », les plages qu’elles visitent sont ailleurs et ont changé au fil des ans. Quand elles étaient jeunes et exploraient l’île avec leurs parents, elles allaient souvent à Barberyn Reef à Bentota. Quand elles commencèrent à voyager seules, elles séjournaient à Hikaduwa. C’est là qu’elles ont discuté pour la première fois de la création de bijoux. À l’époque, c’était encore un rêve. Cette année encore, presque 15 ans plus tard, elles s’arrêteront sur une plage : à Talpe, en route pour Matara. Elles seront en voyage d’affaires pour leur propre label : Kinsfolk.

Les racines de Kinsfolk remontent loin. La fascination des bijoux est là depuis l’enfance. Petites filles, elles faisaient réaliser leurs propres bagues, visitaient diligemment les fabriques de batik et regardaient, ici et là, divers artisans à l’œuvre. De temps à autre, renaissait l’idée de concevoir des bijoux et des écharpes. Comme après une discussion sur le balcon. Puis elle était soudain de nouveau là, puis de nouveau très loin. Telle une vague sur la côte. Mais elle n’est jamais entièrement disparue.

L’idée et la fascination ont leur origine au Sri Lanka, une de leurs patries. La prise du pied de l’autre : Zurich, au printemps 2012. C’est la requête d’une amie qui a déclenché le coup de départ : une boutique pop-up temporaire dans l’ancienne Sihlpost. Les deux avaient six mois pour passer de 0 à 100 : créer leur propre logo, concevoir des produits, trouver des orfèvres et des fabricants de batik, les faire produire et emballer. De 0 à 100, ce n’est pas tout à fait juste, car la passion et la fascination pour le design et les matériaux ainsi que l’esprit d’entreprise ont toujours été présents. Et un bon ami de la famille au Sri Lanka, qui travaille dans l’industrie/la fabrication de bijouterie depuis des années. C’est ainsi que les sœurs ont conçu avec zèle leur première collection, se sont rendues au Sri Lanka pour trouver des artisans bijoutiers et des fabricants de batik, sont rentrées en Suisse et ont commencé à vendre leurs bijoux dans la Sihlpost. Un an et demi plus tard, d’autres projets de design, des collections et le premier shooting de la marque ont suivi.

Aujourd’hui encore, Josie et Jessica connaissent personnellement toutes les personnes qui travaillent pour et avec Kinsfolk. Il est important pour elles de savoir qui fabrique leurs bijoux et écharpes et dans quelles conditions — fait main et commerce équitable jouent un rôle primordial. Chaque année, les sœurs passent plusieurs semaines au Sri Lanka pour superviser la production. Dans chacune de ses pièces, l’artisanat traditionnel sri lankais se marie au design suisse. Avec Kinsfolk, les deux sœurs ont trouvé un moyen d’unir leurs deux patries. Kinsfolk n’est pas seulement une alliance entre les deux pays d’origine, mais également entre les deux sœurs. Un trajet commun qu’elles suivent dans ce monde, un trajet qui leur donne la liberté de rentrer chez elles encore et toujours — où et quelle qu’elle soit en ce moment.

Le top 4 de Josie et Jessica pour le palais :

Le top 5 de Josie et Jessica pour les belles choses :

Propos recueillis par Martina Caluori 
Photos : iStock, Kinsfolk

Conseils voyages Kuoni

Prenez rendez-vous pour des conseils avec un expert dans une agence de voyages près de chez vous afin d’en apprendre davantage sur votre hôtel préféré. Grâce à l’aide de nos experts, vous trouverez le voyage qui vous convient le mieux.

Prendre rendez-vous pour des conseils

Kuoni voyages – mais c’est sûr. Chez nous, vos vacances sont entre de bonnes mains.

  • Plus de 110 ans d’expérience des voyages.
  • Conseils individuels de nos experts en voyages
  • Interlocuteur personnel dans la succursale de votre choix
  • Assistance en cas d’imprévus
  • Service 24/7 - aide rapide en cas d’urgence
  • Votre argent est en sécurité chez nous - nous sommes dans le Fonds de garantie