Notre blogueuse Travelita en voyage à Madère pour elsewhere

Sommets, couchers de soleil et villages côtiers sur l’île aux fleurs

Blogger

Travelita

Depuis 2012, Anita raconte ses excursions du week-end, escapades citadines et voyages lointains sur travelita.ch. À la lecture de ses récits de voyage, même les plus casaniers auront envie de troquer le canapé contre des chaussures de randonnée. Pour partager ses plus beaux moments avec les lecteurs de son blog, elle agrémente régulièrement ses récits de magnifiques clichés. 

Madère : une île qui a tout pour plaire

Madère souffre encore aujourd’hui d’une image quelque peu poussiéreuse. L’île aux fleurs a longtemps été considérée comme le paradis des retraités. Il ne faut toutefois pas se laisser influencer par de tels préjugés. En effet, la diversité des paysages fait de cette île un véritable eldorado pour les vacanciers actifs. 

Festival de couleurs à Funchal

Il suffit de se rendre sur le « marché des travailleurs » (Mercado dos Lavradores) haut en couleurs de Funchal pour prendre conscience de la diversité offerte par l’île. Le marché traditionnel, où l’on peut trouver ce qu’il y a de meilleur ici, se visite de préférence le matin entre huit et neuf heures. C’est l’heure où les autochtones viennent s’approvisionner en fruits et légumes frais et où l’agitation est à son comble. À deux pas, vous trouverez la Rua de Santa Maria, l’une des plus anciennes rues de l’ancien quartier de pêcheurs. Le projet artistique « Arte Portas Abertas » a permis d’en valoriser la réputation. Longtemps laissé de côté par les touristes, le street art attire aujourd’hui l’attention des visiteurs et vaut le détour. 

Après une agréable promenade dans le quartier du port, nous empruntons le téléphérique qui nous amène au sommet du Monte, d’où nous jouissons d’une vue exceptionnelle sur Funchal. Un second téléphérique nous emmène au Jardim Botânico, qui surplombe également Funchal. Ce vaste domaine est un paradis pour les amateurs de plantes. L’appétit aiguisé par toutes ces visites, nous décidons de pousser la porte du restaurant Zarcos, qui se trouve à proximité du jardin botanique et bénéficie d’une vue spectaculaire sur Funchal. Nous y avons goûté la spécialité à base de viande « Espetada » et le pain à l’ail typique « Bolo do Caco ». Avec, pour couronner le tout, une vue à couper le souffle et une agréable sensation de vacances. 

Lever du soleil sur la presqu’île de Ponta de São Lourenço

Nous entamons la seconde journée à l’aube, sur la pointe orientale de l’île baignée dans une atmosphère matinale chaleureuse et réjouissante. Ponta de São Lourenço se distingue du reste de l’île sur le plan géographique. Ici, un paysage de steppe marqué par la pauvreté des sols et les falaises escarpées dominent le paysage. Après une randonnée sur la presqu’île, nous nous accordons un expresso et un pastel de nata sur le front de mer du petit village de pêcheurs Caniçal. Par mauvais temps, il vaut la peine de s’arrêter au musée de la baleine « Museu de Balaia ». 

Porto Moniz : baignade dans les piscines naturelles volcaniques

Le panorama sauvage de côtes et de falaises se prolonge au loin, jusque dans le nord-ouest de l’île. À Porto Moniz, d’étranges falaises de lave sombres forment une piscine naturelle. Il est possible de se baigner dans les « Piscinas Naturais », à l’abri du déferlement des vagues. Le vent violent et les hautes vagues m’en ont toutefois dissuadée.

De Paul do Mar à Câmara de Lobos

Au lieu de piquer une tête, nous décidons de suivre la route côtière vers l’ouest. Arrivés à Ponta do Pargo, le point le plus à l’ouest de l’île, des terrasses cultivées nous indiquent que nous avons atteint la partie méridionale ensoleillée de l’île. Bienvenue dans le jardin d’Éden de Madère. 

Nous marquons une pause dans le village de pêcheurs pittoresque Paul do Mar. Connu par les surfeurs comme étant le meilleur spot de surf de l’île, le village m’a charmée par son atmosphère apaisante. De ce côté également, nous suivons l’ancienne route côtière, qui nous réserve quelques surprises rocambolesques. Peu avant Ribeira Brava, une cascade jaillit d’une arête rocheuse en plein milieu de la route. Une autre curiosité est Cabo Girão, qui avec une hauteur de près de 560 mètres compte parmi les plus hautes falaises d’Europe. En regardant en bas, la vue est à la fois vertigineuse et impressionnante. Ces parties exposées sont elles aussi exploitées en terrasses. 

Juste avant le coucher du soleil, nous arrivons à l’endroit préféré de Churchill, à l’entrée de Câmara de Lobos. Là où le politicien avait l’habitude de peindre, nous capturons la magie du crépuscule, armés de notre appareil photo. 

Randonnée dans la forêt enchantée le long des levadas

Lors de notre premier jour à Madère, on nous a prévenus que les nuages pouvaient parfois s’obstiner sur notre route. Pendant notre excursion sur le haut plateau de Paul da Serra, nous avons constaté que cette mise en garde n’était nullement exagérée. Il était prévu que nous fassions une randonnée dans la vallée des 25 sources qui se trouve dans la région de Rabaçal. Jusque là, tout va bien. C’était sans compter sur les trombes d’eau qui se sont abattues à ce moment-là. Ignorant le mauvais temps, nous suivons le sentier étroit qui longe les levadas à travers la forêt laurifère. Après environ une heure de marche, nous atteignons les 25 ruisselets qui alimentent en eau ces levadas et, depuis plus de 600 ans, une partie des champs et plantations de Madère. Éblouis par la beauté légendaire de cette réserve naturelle, nous en oublions presque que nous sommes trempés jusqu’aux os lorsque nous rejoignons notre point de départ. Madère réserve toujours d’agréables surprises. 

Texte et Photos: Travelita

Texte et Photos: Travelita

Conseils voyages Kuoni

Prenez rendez-vous pour des conseils avec un expert dans une agence de voyages près de chez vous afin d’en apprendre davantage sur votre hôtel préféré. Grâce à l’aide de nos experts, vous trouverez le voyage qui vous convient le mieux.

Prendre rendez-vous pour des conseils