Secret d’initié, le Piémont

Le Barolo, le sang de la terre piémontaise

Auteure

Shirley-Ann Amberg

Après une brève carrière de mannequin dans les métropoles de Milan et du Cap, et quelques années au poste de contrôleur de gestion dans une grande banque, Shirley-Ann Amberg a fait de sa passion un métier et a terminé ses études de sommelière dans la région du lac de Zurich, qui l'a vue naître. En plus des repas gastronomiques et autres cours d'œnologie, elle optimise la carte des vins de divers établissements, travaille à l'écriture d'un livre sur le vin et écrit des chroniques sur le vin pour divers journaux et magazines suisses comme annabelle, 20 Minutes, Bilanz, NZZ et Weinwisser.

Des amateurs de VTT qui ne reculent devant aucune montée ; des randonneurs qui ne se lassent pas à la vue des vignobles ; des artistes qui tentent de capter la beauté de ce coin de terre avec la caméra ou le pinceau – le Piémont leur appartient depuis toujours.

Même si c’est ici que se trouvent les plus hautes montagnes, le plus long fleuve, les meilleurs vins et certainement la meilleure cuisine de l’Italie, la région est encore peu connue des touristes et compte toujours comme secret d’initiés. À l’exception seule de la région autour du Lago Maggiore. Le Piémont se trouve au nord-ouest de l’Italie, jouxte aux cantons du Valais et du Tessin ainsi qu’à la France, et est entouré par les Alpes sur trois côtés. Le Piémont doit son nom à sa situation géographique : au pied de la montagne. Mes tuyaux pour les sportifs et les amateurs de nature :

  • Tours à vélo : il existe de merveilleuses pistes cyclables, pour petits et grands, particulièrement le long du Pô et dans la région de Vercelli. Et des trajets particuliers attendent les vététistes, par exemple le long des rives du Sesia.

  • Sentiers de randonnée : les collines et les vallées du Piémont invitent à de longues randonnées de divers niveaux de difficulté. Ainsi, une partie de la célèbre Via Alpina – le sentier de randonnée transfrontalier de Trieste à Monaco – traverse le Piémont de Monte Viso jusqu’aux montagnes de Verbania. De plus, il existe de nombreux sentiers de découverte dans les mines de talc du val de Germanasca et les sentiers pèlerins vers les Sacri Monti. En cours de route, l’on rencontre de ravissants groupes de chapelles et de sanctuaires, d’une grande importance symbolique et spirituelle pour le christianisme.

  • Sports nautiques : les eaux du Lago Maggiore se prêtent à merveille pour essayer l’un ou l’autre nouveau sport nautique : que ce soit la voile, la planche à voile, les balades en canoë ou tout simplement pour profiter du lac à bord d’un bateau.

  • Ski : le Piémont mérite également une visite en hiver. Des pistes de ski et de ski de fond ainsi que des patinoires attendent les skieurs et les patineurs dans les stations de vacances telles que Sestrières ou Susatal.

Ce n’est que récemment que le Piémont a entrepris ses premières tentatives touristiques. Un grand nombre de villes et de villages ont profité des Jeux olympiques de 2006 puisqu’un montant important a été investi pour rénover les églises, chapelles, châteaux forts et routes. Les villes du Piémont proposent les activités les plus diverses. Voici mes tuyaux si la culture est l’élément central :

  • Roddi : sans aucun doute, la place de village la plus pittoresque se trouve dans la bourgade de Roddi. La vue de l’église Chiesa dell’Assunta, un bijou du baroque tardif et du château fort médiéval surplombant la vallée, relève quasiment du kitsch.

  • Cherasco : le petit village avec ses remparts en forme d’étoile est une destination incontournable pour tous les amateurs d’histoire. C’est en 1796 que l’on y signa un armistice avec le royaume de Savoie. Les collectionneurs apprécient Cherasco pour son marché aux antiquités, considéré comme étant le plus important d’Italie. Un must pour tous les gourmands : les typiques « Baci di Cherasco » ; une friandise de chocolat et de noisettes.

  • Turin : la capitale du Piémont appartient aux piétons, et ce, malgré son industrie automobile. Le mérite en revient principalement aux architectes baroques qui ourlèrent les rues du centre avec des arcades sur une longueur de 18 kilomètres. Sous ces hautes promenades historiques, l’on trouve aujourd’hui de jolis cafés côtoyant des boutiques raffinées de luxe, le tout égayé par des musiciens de rue. Les arcades dirigent les pas des visiteurs automatiquement vers les places idylliques, telles que la piazza San Carlo avec les églises baroques de San Carlo et Santa Cristina. Les habitants de Turin décrivent leur ville comme étant la ville la plus « suisse » d’Italie : propre et ordonnée, les habitants discrets, calmes et sereins. Celui qui recherche la véritable Italianità n’y trouvera probablement pas son bonheur. Mais la capitale mérite malgré tout une visite. Et si ce n’est que pour la vue sur le dôme       gracieux de la Mole Antonelliana et de son ascenseur en verre. Sous la construction de    la coupole, véritable chef-d’œuvre de l’architecture traditionnelle, se trouve le Museo Nazionale del Cinema, le plus important musée du cinéma en Italie. Autre site très       recommandé : la cathédrale abritant le fameux suaire de Turin. Et il faut également réserver un peu de temps pour la visite du Museo Egizio – car à Turin se trouve une des plus importantes collections d’antiquités égyptiennes.

  • Châteaux et châteaux forts : art et culture, légendes et traditions se marient dans cette région d’Italie. Un héritage culturel fascinant, d’une valeur inestimable, se reflète également dans les châteaux et châteaux forts que l’on retrouve ici. Ce sont les communes d’Alba et d’Asti qui sont les plus célèbres. Et pour cause : presque chaque colline est coiffée par les imposantes murailles d’un château ou par une tour. Malheureusement, un bon nombre de châteaux et de châteaux forts sont des propriétés privées et ne peuvent pas être visités et uniquement admirés de l’extérieur. Cependant, au château de Novello, on peut même y passer une nuit royale. Aujourd’hui transformé en hôtel, il resplendit toujours, paré de son manteau néogothique.

Mais l’attrait principal pour les visiteurs au Piémont, ce n’est pas un édifice quelconque, mais, de loin, le vin. Le nombre d’œnothèques et de musées du vin est impressionnant ; de plus, des dégustations hautement professionnelles, mais souvent dans un cadre familier, invitent à découvrir la culture piémontaise sous sa forme liquide. Où et comment pouvoir profiter au mieux du vin régional, voici ce que je vous conseille :

  • Les routes du vin : une des plus belles routes du vin part de Verduno, où se trouve également un des points de vue les plus spectaculaires du Piémont. En plus du Barolo, on vinifie également le Pelaverga, un vin rouge fruité et léger, dont le cépage ne croît que sur les versants des collines environnantes. À quelques encablures se trouve la bourgade idyllique de La Morra ; sur sa place du village, un monument est dédié aux vignerons italiens. À deux pas se trouve le pittoresque Palazzo Marchesi di Barolo, construit au XVIIIe siècle ; dans ses magnifiques caves voûtées, un nombre enivrant de vins attendent à être dégustés. 
  • Musées du vin : dans la cave du monastère bénédictin à La Morra, la Chiesa dell’Annunziata de style romano-baroque, se trouve le musée du vin Museo Ratti di Vini d’Alba. Une cave qui mérite bien une visite, et non seulement par les œnophiles.

Et quoi de mieux pour accompagner le vin, que les spécialités italiennes ? Le choix de restaurants raffinés et d’osterias rustiques est énorme. La patrie des truffes s’étend sur une superficie d’env. 25 000 km2, sur laquelle on ne trouve pas moins de 50 restaurants étoilés par le guide Michelin. Voici mes tuyaux pour les gourmets :

  • Villa Tiboldi : mon préféré est le ristorante de la Villa Tiboldi à Canale. Blotti au milieu de son propre vignoble, ce relais somptueux propose une vue à couper le souffle sur les collines de Langhe et Roero. Dix chambres individuelles, aménagées avec un grand amour du détail sont mises à disposition ; un jardin avec piscine, merveilleusement intime, invite à la flânerie. Il n’est guère étonnant que la villa soit volontiers et souvent choisie pour la célébration de mariages.

  • Centre des truffes : une visite du Piémont au début de l’automne s’impose aux gourmands autant qu’aux gourmets, car en octobre, c’est l’ouverture de la chasse aux truffes et le coup d’envoi de la haute saison. Et celui qui ne désire ni chasser, ni chercher, préférera visiter Alba, la capitale italienne de la truffe. C’est ici que, depuis 1929, l’on fête chaque année le festival de la truffe et que se déroule la foire internationale de la truffe.

Photos : iStock

Conseils voyages Kuoni

Prenez rendez-vous pour des conseils avec un expert dans une agence de voyages près de chez vous afin d’en apprendre davantage sur votre hôtel préféré. Grâce à l’aide de nos experts, vous trouverez le voyage qui vous convient le mieux.

Prendre rendez-vous pour des conseils

Kuoni voyages – mais c’est sûr. Chez nous, vos vacances sont entre de bonnes mains.

  • Plus de 110 ans d’expérience des voyages.
  • Conseils individuels de nos experts en voyages
  • Interlocuteur personnel dans la succursale de votre choix
  • Assistance en cas d’imprévus
  • Service 24/7 - aide rapide en cas d’urgence
  • Votre argent est en sécurité chez nous - nous sommes dans le Fonds de garantie