Phuket compact

6 enfants, 5 adultes, 1 île thaïlandaise

Auteure

Martina Bortolani

Martina Bortolani est devenue journaliste parce qu’elle croyait qu’ils étaient toujours en voyage. Et ce faisant, de taper hardiment taper sur un ordinateur portable pour transmettre aux rédactions locales, leurs rapports explosifs du monde entier. Elle a travaillé pendant plus de 15 ans dans la rédaction de la Zürcher SonntagsZeitung — et ne s’est que rarement déplacée pour son travail. Aujourd’hui, elle s’est lancée à son propre compte, et en tête de liste : les bons journalistes doivent voir le monde après tout.

Où les familles qui apprécient la convivialité familiale mais ne veulent pas se passer d’une pincée de glamour peuvent boire à la coupe du paradis à son meilleur.

Cette plage de sable poudreux a tout pour plaire. Surtout à Phuket. Lorsque le régime militaire thaïlandais commença l’année dernière à « nettoyer » les plages publiques de la plus grande et populaire île de vacances de Thaïlande, un grand nombre de personnes se sont inquiétées. D’abord et avant tout les touristes qui se demandaient pourquoi toutes les chaises longues, les parasols, les restaurants et les loueurs de transats sur les plages de Phuket étaient soudainement bannis des zones touristiques. Les propriétaires de bars et de restaurants privés — y compris les exploitants de cuisines traditionnelles thaïlandaises — ont été repoussés de la plage ou complètement fermés. Les militaires voulaient mettre un terme à la corruption, mais parfois, les mesures touchèrent ceux qui ne le méritaient pas

D’autre part, la situation sur place doit être considérée comme favorable, car la plupart des plages, avec leurs rangées réduites de chaises longues, ont retrouvé une grande partie de leur caractère original. Cette situation n’affecte que marginalement l’hôtel The Surin. La plage, où se trouve l’hôtel populaire, a toujours été considérée comme l’une des plus belles de l’île. Mais là où la saison dernière il y avait dix rangées de transats serrés les uns contre les autres, il n’y en a aujourd’hui qu’une seule. Ici aussi, cela fait une différence, car cela ouvre la perspective.

Nichée dans un spectaculaire lagon tropical ourlé de cocotiers denses et vert foncé, avec une vue frontale sur l’horizon de l’océan Indien bordant la mer d’Andaman, la journée commence même avec un véritable café expresso italien, sur la plage du The Surin. La raison en est que le chef est un véritable Italien. Lorsqu’il a été embauché, son premier geste fut de faire venir une machine à café industrielle de sa patrie. Ce n’est pas exactement authentique, mais d’un point de vue technique en vacances, cela ne pourrait pas être plus confortable. Sous les tropiques à 32 degrés, avec l’International New York Times devant soi et la musique classique dans le foyer ouvert au petit-déjeuner, on commence ses vacances d’une manière vraiment cosmopolite. Le buffet du petit-déjeuner ne peut guère être surpassé en matière de choix, de fraîcheur et de qualité. Sauf peut-être avec cet extra de la carte, auquel l’on devrait absolument goûter : deux tranches de pain croustillant sur des tomates cerises légèrement salées, tartinées de pâte d’avocat fraîche et recouvertes de concombre émincé. Sur le tout, on presse un citron vert frais — et « Sawadee kha » Thaïlande !

Pour notre configuration de cinq adultes et six enfants, l’hôtel est l’option idéale pour la première partie de notre voyage de 16 jours en Thaïlande. Ici, il se passe toujours « quelque chose » dans un bon équilibre, et l’on trouve un très agréable équilibre d’hôtes — du couple gay de Paris, à la famille multi-membres de l’Emmental. Ainsi, on peut également se détendre en tant que maman à la piscine pendant que les enfants pratiquent les sauts en piscine en mode répétions infinies. Mais un séjour en vaut également la peine en raison de son architecture : le bâtiment chic de la fin des années 70 ressemble à un lieu de tournage d’un James Bond. Les boiseries foncées dominent en contraste avec la pierre, le bambou et d’autres matériaux typiques de l’île. Huit colonnes en bois foncé, hautes comme des girafes, soutiennent le centre du bâtiment principal et lui donnent un aspect majestueux. Mais nous avons tous un petit faible particulier pour la couleur noire de la piscine octogonale.

Les chalets individuels sont répartis sur la pente qui entoure la piscine — vous vivez dans de petites maisons avec une ambiance très particulière. D’une manière qui leur est propre, elles dégagent une énergie très positive ; ici, vous vous sentez immédiatement chez vous. L’intérieur de cet hôtel de luxe est très soigné, élégant et sans avoir recours aux fioritures de nouveaux-riches ; ce lieu de villégiature est une véritable révélation visuelle, tant sur le plan physique que sur le plan haptique. Seules les personnes âgées ou les personnes à mobilité réduite devraient éviter de réserver ici. Le complexe, avec ses 103 chalets et suites sur la plage, est conçu de telle manière que l’accès est uniquement possible par de nombreuses marches abruptes. Chaque jour, nous empruntons exactement 121 marches pour aller de la chambre à la plage et en revenir. Pour nous, c’est un entraînement bienvenu, mais certainement un obstacle pour d’autres.

Claude Sauter, directeur général en fonction depuis le 1er juillet 2014 et originaire de Suisse romande, est une personne décontractée, avec un visage espiègle et un charisme qui vous détend immédiatement. D’ailleurs, il est précédé par la réputation de répondre personnellement à tous les commentaires en ligne de ses hôtes. Pas étonnant que cet engagement sincère ait un effet sur l’ensemble du personnel accueillant. Pas étonnant que The Surin accueille un nombre de clients fidèles supérieur à la moyenne. Claude Sauter dit : « Lorsque les touristes venant d’Europe voyagent si loin pour passer leurs vacances, ils devraient se sentir comme au paradis ici ». Après une semaine dans ce resort de rêve à Pansea Beach sur Phuket, on s’y sent véritablement un peu plus proche.

Même s’il est vrai que nous n’avons pas vraiment entrepris de grandes excursions en dehors du complexe hôtelier, il ne faut pas sous-estimer les nombreuses facettes de l’île de Phuket. On y trouve une culture riche et civilisée avec diverses manières de vivre et de prospérité. Du village hippie profondément décontracté avec ses marginaux de yoga dans le sud, jusqu’à l’ouest économiquement important avec ses complexes hôteliers. Le reste de l’île est dominé par une société d’authentiques Thaïlandais qui massent les touristes, se livrent à l’artisanat, conduisent des taxis, pêchent et rendent un hommage toujours intense, mais jamais intrusif, à leurs rituels essentiellement bouddhistes. Ou encore, presque au passage, concoctent des mets délicieux dans une cuisine de rue, pour réchauffeur le cœur des touristes.

Une famille est particulièrement notable : à quelques minutes de marche au sud de Nikki Beach se trouve un secret d’initié : caché et décalé vers l’arrière, il suffit, pour trouver son chemin la nuit tombée, de suivre les guirlandes lumineuses. Ici, une charmante famille — de la grand-mère au marmot — gère un mini-local où on peut, sans mentir, manger le meilleur pad thaï de toute l’Asie du Sud-Est. Pour 250 bath, autour de 8 francs, on s’assoit en plein air sur des chaises en bambou, de temps en temps un drôle de bestiole bourdonne autour des oreilles, on sirote une bière Singha bien fraîche, au son des gazouillements de grillons, et on ne ressent qu’un pur bonheur.

La prochaine étape est un voyage de plusieurs jours sur l’île voisine de Ko Yao Yai — en bateau, nous visitons les îlots environnants et le parc national. Après ces jours de snorkeling et d’émerveillement face aux créatures colorées de la mer, nous retournons à Phuket, où nous couronnons notre voyage inspirant par une conclusion toute particulière. Au sud-ouest de l’île, sur la plage de Kamala Beach, se trouve un complexe hôtelier légèrement en hauteur, qui, avec ses cinq étoiles, est l’une des meilleures adresses pour les voyageurs thaïlandais exigeants. L’Andara Resort & Villas offre un service haut de gamme, intimité et discrétion. Déjà à la réception, nous comprenons pourquoi l’Andara est considéré comme l’hôtel phare sur l’île : le directeur général de l’hôtel Daniel J. Meury (qui est à l’hôtel depuis huit ans) et son directeur résident Pascal Frei (qui est ici depuis deux ans), tous deux originaires de Suisse, en sont la raison. Frei est marié à une Thaïlandaise et est le président de la « Swiss Thai Community » à Phuket. Meury, qui a grandi sur une ferme, explore le monde depuis plus de deux décennies en globe-trotter passionné et est considéré comme un libre esprit par conviction. Tous deux ont fait leurs études à Lucerne et à Lausanne, et ensemble, les deux hôteliers passionnés, avec leur hospitalité professionnelle et généreuse, forment le cœur de la maison.

Nous sommes accueillis avec de magnifiques colliers de fleurs que l’on nous place autour du cou, nous recevons des lingettes rafraîchissantes imbibées de citronnelle et de jus de gingembre, puis nous nous enregistrons dans trois villas familiales privées. Une expérience du troisième, sinon du quatrième type : nous suivons bouche bée vers les maisons qui nous sont assignées. Chaque famille réside dans un super loft de 150 mètres carrés. Daniel J. Meury remarque avec nonchalance, le sourire aux lèvres, lors de la première visite guidée, que nous devons « maintenant aller voir un étage plus haut ». Nous nous demandons ce que cette impressionnante auberge peut encore offrir pour se surpasser.

Car un escalier privé mène de l’appartement de luxe au toit — où se trouve une piscine privée. Trois nobles chaises longues en bois, une douche extérieure abritée et une immense couchette « chill-out » bordent la piscine, dans laquelle les enfants — au mépris immédiat du code de conduite d’un établissement cinq étoiles destiné à la retenue distinguée — sautent à force d’hurlements. Dieu merci, nous sommes ici en privé !

Pour l’apéro de bienvenue, le combo Meury/Frei, immédiatement convivial mais toujours professionnel, nous emmène à la célèbre « Villa 29 », située au sommet du versant du complexe hôtelier. Un refuge spectaculaire de 10 chambres où le boys band « One Direction » ou la starlette hollywoodienne Kim Kardashian et son entourage ont déjà passé la nuit. Une visite approfondie de ce superbe hébergement ne nous laisse aucun doute que même les grands de ce monde s’y sentent chez eux. De la terrasse, la vue s’ouvre sur la baie de Kamala, et il est possible de voir directement sur la villa privée du propriétaire de l’hôtel Andara, le magnat Dr Allan Zeman. Né en Allemagne et élevé au Canada, le magnat des affaires est président du groupe LKF. Zeman, qui a grandi dans des conditions modestes en tant que fils de Juifs, a posé les fondations de sa carrière spectaculaire en vendant des vêtements à Hong Kong. Peu inspiré par la vie nocturne d’Hong Kong, il décida au début des années 1980 d’étoffer la métropole portuaire chinoise avec « quelques établissements » – avec un succès retentissant. Ce n’est pas sans raison qu’on l’appelle le « père de Lan Kwai Fong ». La petite rue est considérée comme le Soho de Hong Kong. Avec l’ouverture de bars, de clubs, de restaurants et de magasins branchés, Zeman a marqué de son empreinte la culture de la vie nocturne de la ville. Il y a quelques années, il a repris Andara sur Phuket. Depuis lors, l’hôtel est considéré comme le lieu glamour de la haute société. Quant à Zeman lui-même, il vit, lorsqu’il visite l’île, retiré vis-à-vis de l’hôtel dans ses quartiers privés.

Il sait maintenant que son équipe de direction suisse à Andara est bien rodée et qu’il peut compter sur elle. Meury et Frei dirigent la maison de Zeman avec une perfection suisse minutieuse, mais sans jamais oublier qu’une touche de rock n’ roll est nécessaire pour réussir sur la scène internationale. La maison offre vraiment tout ce que le cœur désire : une gastronomie remarquable avec assurément la meilleure carte des vins de l’île. Et particulièrement important pour nous à cette fin de vacances : un formidable club d’enfants, géré avec enthousiasme et motivation.

Après deux semaines de vacances familiales, cela décharge les parents de manière très agréable. Ainsi, nous nous installons sur le toit, au bord de notre piscine privée, jusqu’à tard le soir, écoutons notre chanson de vacances préférée « Don’t Worry » de Madcon et comptons avec nostalgie les heures jusqu’à notre retour à la maison en avion. Devons voler ! Parce qu’à l’hôtel de rêve Andara, avec tous ses conforts si agréables — par Bouddha ! — nous aimerions tellement prolonger notre séjour de deux semaines.

Photos : Hotel The Surin, Andara Resort & Villas, iStock
Cette coopération a été réalisée avec l’aimable soutien des hôtels The Surin et Andara Resort & Villas.

Conseils voyages Kuoni

Prenez rendez-vous pour des conseils avec un expert dans une agence de voyages près de chez vous afin d’en apprendre davantage sur votre hôtel préféré. Grâce à l’aide de nos experts, vous trouverez le voyage qui vous convient le mieux.

Prendre rendez-vous pour des conseils

Kuoni voyages – mais c’est sûr. Chez nous, vos vacances sont entre de bonnes mains.

  • Plus de 110 ans d’expérience des voyages.
  • Conseils individuels de nos experts en voyages
  • Interlocuteur personnel dans la succursale de votre choix
  • Assistance en cas d’imprévus
  • Service 24/7 - aide rapide en cas d’urgence
  • Votre argent est en sécurité chez nous - nous sommes dans le Fonds de garantie