Hong Kong

Une ville où tradition et modernité vont de pair et où on peut (littéralement) se perdre.

Marketing Manager

Nadia Peter

Pour ses premières vacances à l'âge de six mois, Nadia a déjà voyagé loin - en Suisse, car à cette époque elle vivait encore à Taiwan. La Marketing Manager de DER Touristik Suisse a étudié la communication à la l’École supérieure d’économie à Zurich et a travaillé, entre autres, dans une agence de publicité. Grâce à son enthousiasme, on peut la trouver partout dans la ville de Zurich, avec son appareil photo, à cuisiner ou jouer au jass à la maison avec ses amis et sa famille, ou même dans la nature.

« Vous nous avez convaincus - vous partez pour Hong Kong dans quatre jours ! » Jusqu'à ce que je puisse vraiment croire ces mots, j'étais déjà assise dans le Boeing 777 d'Austrian Airlines et j'essayais les différentes fonctions de mon siège en classe Business : avec un verre de prosecco dans une main et la télécommande dans l'autre, j'ai changé de position assise et j'ai n’ai pas pu m’empêcher de rire quand je me suis retrouvée couchée sur le dos. De retour en position assise, j'ai immédiatement testé la fonction massage, puis j'ai communiqué mon choix de menu. La nourriture, y compris de nombreuses spécialités autrichiennes, était excellente. Grâce à l'excellent service, le confort, mais aussi au système de divertissement de bord, le temps a filé à toute allure.

Arrivés dans la métropole chinoise, nous avons pris le train qui nous a conduits à Kowloon, la péninsule d’Hong Kong, en 24 minutes. Une fois sur place, une douzaine de navettes étaient prêtes à vous conduire gratuitement aux différents hôtels. L'hôtel ICON séduit par son noble design moderne, sa piscine extérieure avec vue sur la mer avec, en toile de fond, la silhouette de la ville, ainsi qu’avec un généreux buffet de petit-déjeuner intercontinental.

Après avoir pris possession de la chambre et s'être rafraîchis, nous nous sommes dirigés vers le centre-ville. Les rues de Hong Kong sont peuplées de gens de différentes nations, de milliers d'immeubles délabrés, mais aussi de gratte-ciel modernes – et un défilé sans fin de chantiers, d’étals de rue avec des légumes, de la viande et du poisson, mais aussi de faux sacs de luxe. Nous nous sommes vite rendu compte : malgré notre navigateur du portable, nous n’avons cessé de perdre l'orientation.

Ce qui est certainement excitant à Kowloon, c'est le district de Mongkok. Ce quartier central est l'une des régions les plus densément peuplées au monde et a quelque chose à offrir sur pratiquement toutes les routes principales : des stands de nourriture locale avec par exemple du tofu puant, des « maltose crackers » ou du pouding Put Chai Ko, en passant par les magasins de sport et d'électronique, jusqu’aux marchés de rue. Le Temple Street Night Market, le Ladies Market et, en parallèle le Sneakers Market, ainsi que le marché de Jade sont certainement parmi les plus intéressants à voir. Que l’on y déniche quelque chose ou que l’on ne fait que de se promener dans les ruelles pour observer les gens marchander, à vous de décider.

Si l’on emprunte le « Star Ferry » centenaire de Victoria Harbour, très prisé des touristes, l’on atteint l'île d’Hong Kong en quelques minutes. Ici, on sent immédiatement que ce quartier se distingue de Kowloon par le fait que les gratte-ciel sont plus modernes, qu'il y a un grand nombre de parcs très bien entretenus et que de nombreux expatriés y vivent. On dirait qu'il y a un restaurant ou un bar à chaque coin de rue et presque exclusivement des objets de design ou des antiquités.

Malgré la pluie et la température plutôt fraîche, nous avons d'abord exploré la région sur l'île d’Hong Kong à pied. L'un de nos premiers arrêts a été le temple Man Mo, construit en 1847, qui, avec une maison de prière, était une sorte de cour pour les habitants locaux à une époque de conflit entre les habitants et les colonialistes. Le temple taoïste est petit, mais vaut la peine d'être vu, car c'est l'un des rares temples d’Hong Kong. Ici, j'ai demandé à un gardien de temple ce que signifiaient les papiers rouges avec les caractères chinois accrochés aux nombreuses lanternes. Il me répondit, dans son anglais cassé, que l'on peut écrire son souhait sur le papier moyennant l'équivalent de CHF 5.40. Pour l'instant, ils sont « fully booked » et je ne peux rien souhaiter de plus.

De retour sur la rue, nous avons d’abord cherché en vain un taxi libre. Dans le cas des taxis déjà garés au bord de la route, les chauffeurs de taxi nous ont fait comprendre d'un geste de la main que nous ne devrions pas nous adresser à eux. Peu de temps après, cependant, un chauffeur de taxi s'est arrêté et a signalé avec joie que nous pouvions monter à bord de son véhicule. En raison de la circulation, le trajet jusqu'à l'arrêt de tramway de Victoria Peak a pris beaucoup de temps. Entre-deux, le chauffeur de taxi, autant que moi-même, a essayé d’entamer une petite conversation. Mais sa connaissance de l'anglais n'était pas suffisante - comme pour la majorité des gens du pays - et je ne comprenais pas le chinois mandarin, qu'il prétendait parler, malgré mes très bonnes connaissances.

Victoria Peak avec son panorama époustouflant de la ville doit être un véritable point culminant : tous ceux qui sont déjà allés à Hong Kong sont enchantés par ce belvédère. Avec l'espoir que le brouillard disparaîtrait bientôt, nous avons emprunté, au pied de la colline, le tramway historique qui nous a emmenés jusqu'au sommet. Malheureusement, à part la mer de brouillard, il n'y avait rien à voir. Un peu déçus, mais, malgré tout, amusés par les mauvaises conditions météorologiques, nous sommes retournés en ville. Nous avons décidé de faire une promenade dans le Hong Kong Park, ce qui était vraiment sympa. De là, on pouvait entrevoir la silhouette de la ville entre les plantes et les arbres. Quelques mètres plus loin, nous avons finalement visité le « Flagstaff House Museum of Tea Ware », qui nous a rapproché de l'histoire de la culture du thé et nous a permis de découvrir de nombreuses théières et tasses exquises.

Par la suite, nous avons pris l'étroit mais fabuleux « Ding Ding Tram » le temps de quelques arrêts, puis nous avons grimpé le fameux escalier mécanique « Central-Mid-Levels Escalator ». Avec ses 800 mètres, c'est l'escalier roulant couvert le plus long au monde et relie deux quartiers de la ville avec un dénivelé de 135 mètres.

En ce qui concerne la nourriture à Hong Kong - oh, j'aurais probablement pu y rester encore longtemps ! La variété des possibilités d'alimentation est énorme, et il me semblait que toutes les nations étaient représentées dans les cuisines de Hong Kong. Mais ce qui m'a particulièrement plu, c'est le restaurant « YUM CHA » à Tsim Sha Tsui avec ses dim sums exceptionnellement mignons. Un autre restaurant recommandé, mais très simple et authentique est le Kau Kee, qui est connu pour ses soupes aux nouilles. Mis à part nous-mêmes, il n'y avait pas d'Occidentaux ici, et le repas était délicieux.

Dans l'ensemble, on peut dire que Hong Kong mérite le titre de « capitale mondiale ». La métropole offre à ses habitants et aux touristes un éventail extrêmement large ; qu'il s'agisse de shopping, de visites touristiques, de randonnées mais également d'offres culturelles. Ainsi, si vous appréciez un programme varié, une ville particulièrement dynamique et une excellente cuisine, Hong Kong est l'endroit où il faut être.

Cet article est le résultat du concours « Flying Reporter » de Travelnews et d'Austrian Airlines.

Texte & Images: Nadia Peter

Date de publication: 19. juin 2018

Conseils voyages Kuoni

Prenez rendez-vous pour des conseils avec un expert dans une agence de voyages près de chez vous afin d’en apprendre davantage sur votre hôtel préféré. Grâce à l’aide de nos experts, vous trouverez le voyage qui vous convient le mieux.

Prendre rendez-vous pour des conseils