Patagonie – le Grand Sud

En route dans les montagnes d’Argentine et du Chili

Auteur

Oliver Fischer

Oliver Fischer travaille comme journaliste pour 20 minutes et comme rédacteur indépendant. Quiconque feuillette les catalogues Kuoni a eu l'occasion de lire des textes rédigés par ses soins. Originaire du canton des Grisons, il a passé deux ans de son enfance au Zimbabwe dans le sud de l’Afrique. A l’automne 2013, il est retourné dans ce pays pour la première fois depuis 25 ans, mais pas sans être parti à la découverte du monde auparavant, animé par un grand désir d’ailleurs. Asie, Océanie et Amérique latine figurent déjà à son palmarès.

Habituellement, je bois un cappuccino à l’aéroport de Zurich avant mon départ. Pas cette fois-ci. J’ai bu un chocolat chaud. Je ne sais pas pourquoi je l’ai fait, mais il devait me suivre comme un fil rouge tout au long de mon voyage vers le Grand Sud, en Patagonie.

Par Madrid et Santiago du Chili, mon voyage me conduit vers l’extrême sud du Chili, à Punta Arenas. Jusqu’à maintenant, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. En quelque sorte, Punta Arenas est parfaite. Je me retrouve dans un amalgame entre l’Alaska et la Scandinavie. Des rues sur l’échiquier, peu d’immeubles de plus de deux, trois étages, des maisons colorées, le tout un peu de travers. Ici, la vie semble encore un peu plus simple. La mer et la météo déterminent la vie quotidienne. En été, les touristes passent par là pour se rendre au parc national de Torres del Paine ou en transit en croisière depuis ou vers le Cap Horn. Tout est calme, peu fréquenté, les rues restent tranquilles. L’endroit idéal pour moi de passer au mode « trekking aventure ». Car bien entendu, pour moi aussi, le parc national de Torres del Paine est un moment fort du voyage.

Chocolat blanc chaud chez Baeriswyl

Mais d’abord, je savoure quelques jours, dans et autour de Punta Arenas, le nouveau climat froid et rude du Grand Sud. Sans savoir à quoi m’attendre, je prends place dans le minibus, qui n’est censé m’emmener qu’au lieu de reproduction protégé d’une colonie de manchots ; je descends, secoué, en nage et heureux que je sois encore vivant. J’ai vraiment vécu beaucoup de choses en ce qui concerne les moyens de transport publics et semi-publics — mais ce que ce Chilien jovial a accompli au volant de son bus bancal... Mais les manchots étaient mignons et le café de la baraque-cafétéria - dans des circonstances normales à peine buvable - me calme dans une certaine mesure et me prépare pour le retour.

Le point culminant de Punta Arenas, qui ne regorge pas exactement de spécialités culinaires, est la visite du café « Chocolatta Baeriswyl ». Le nom n’est pas trompeur : à la fin du XIXe siècle, les Baeriswyls émigrèrent de la région fribourgeoise vers la Patagonie. Que cela soit dû à l’origine suisse ou non, le chocolat blanc et chaud est un pur plaisir. Doux, réchauffant, énergisant après une promenade dans le vent contraire patagonien.

De Punta Arenas, le voyage se poursuit vers le nord jusqu’à Puerto Natales, point de départ pour visiter le parc national Torres del Paine. Puerto Natales n’a pas grand-chose à offrir, mais cela ne pose de problème à personne, les touristes viennent ici tout au plus pour un hébergement ; je passe mes journées, comme tout le monde, dans le parc national.

La voiture est louée - même si la réservation en ligne n’a pas fonctionné, on m’offre quand même une voiture adapté à toutes les routes et je fonce donc dans le paysage patagonien. Mais foncer n’est pas vraiment le bon terme, je m’arrête toutes les cinq minutes au bord de la route et je prends des photos à tout bout de champ. À Cerro Castillo je passe tout près de l’Argentine et à quelques centaines de mètres derrière le petit hameau, je suis, pour une première fois, bouche bée. Au sommet d’une colline, la vue s’ouvre sur le massif de Paine, qui s’élève, irréel et majestueux, de la pampa. Un autre arrêt complet - heureusement, il n’y a presque pas de circulation - pour admirer avec recueillement, s’émerveiller, s’exulter. Le voyage continue : le long d’un lac bleu foncé scintillant au soleil, longeant de douces collines, de plus en plus près des tours rocheuses abruptes et nues.

Guanacos, icebergs et le Milodón

Peu après le déjeuner, j’arrive enfin au parc, gare la voiture et me retrouve au milieu d’un troupeau de guanacos. Sans se soucier des voitures et des gens, les animaux trottinent leur petit chemin. Haut dans le ciel, les condors dessinent leurs grands cercles, planent sur les pentes des montagnes, se lancent dans l’air depuis des falaises abruptes. Même en agrandissement multiple par téléobjectif, on ne peut que deviner la taille des oiseaux. Maintenant, la route de gravier longe le pied du massif du Paine, serpente sur les collines, contournant les grands et petits lacs et encore, offrant sans cesse de nouvelles perspectives des Cuernos del Paine, où des fragments de nuages restent coincés sur leurs pics escarpés et redessinent inlassablement le paysage. Une petite randonnée mène pratiquement verticalement sous ces géants bicolores - et je n’arrive pas à détacher ma vue de ces montagnes.

Une toute autre vue s’offre à la pointe sud du Lago Grey ; déjà de loin, j’aperçois l’eau à travers des arbres et des icebergs, teintés d’un bleu irréel, émergeant du lac gris et noir. La glace vieille de plusieurs siècles, voire de milliers d’années, rompue jadis par le Glaciar Grey et s’ayant frayé son chemin à travers le lac jusqu’ici, irradie une intensité qui est difficile à imaginer. Sur un large banc de gravier, je me fraie un chemin contre les rafales de vent, la force d’un ouragan, jusqu’à une île rocheuse et je me retrouve enfin face à face avec ces sculptures de glace, formées par le vent, le froid et le temps.

Pendant deux jours d’une beauté incroyable, je me suis laissé enchanter par le parc national de Torres del Paine. Je me passe de la visite de la Cueva del Milodón - une grotte dans laquelle on a trouvé les vestiges d’un paresseux géant primitif  - trop de bus de tourisme occupent le parking. Sur le chemin du retour, je préfère profiter de la vue sur le paysage et le Puerto Natales baigné d’une chaude lumière du soir - de plus je suis logé au Hostal Milodon, cela doit me suffire.

Un festin pour le palais : le Submarino

Le séjour au Chili touche à sa fin et le voyage se poursuit au pays de la pampa infinie, des gauchos taciturnes et de la viande de bœuf légendaire - l’Argentine. Mais Puerto Natales me réserve un dernier cadeau d’adieu, le Submarino : un verre de lait mousseux et un grand morceau de chocolat fondant fait maison, merveilleusement noir mais que très légèrement amer.

Un autre bus m’emmène de Puerto Natales à El Calafate. Calafate, du nom espagnol de l’épine-vinette, est la porte d’entrée du parc national Los Glaciares. Par conséquent, le centre-ville est touristique : promenades, restaurants, cafés, boutiques de souvenirs et tour-opérateurs se succèdent et des foules de touristes se relaient d’une entrée à la suivante. Calafate ne me retient pas longtemps, je veux aller à El Chaltén, au cœur du parc national, à la Mecque de l’escalade extrême.

Huit heures à sourire dans le vent glacial

Mais une chose est un must au départ de Calafate ! Sans une visite au glacier Perito Moreno, un voyage en Patagonie n’est qu’à moitié complet. J’achète un billet aller-retour avec un séjour de près de huit heures au glacier - je crains que ce soit trop long, mais l’alternative de seulement trois heures me semble être un peu courte. Ha, trop long, tu parles ! Chaque minute face à face avec ce gigantesque mur de glace vaut la peine d’être debout dans le vent froid mordant qui s’abat sur le glacier. Chaque minute face à ce gigantesque mur de glace vaut la peine de rester debout dans le vent froid et mordant qui s’abat sur mon visage depuis le glacier. Le glacier vit, respire, craque, se fissure, se déplace - chaque jour la rivière de glace de 30 kilomètres de long se déverse d’environ deux mètres dans le Lago Argentino. Ainsi, le Perito Moreno se fragmente régulièrement, détachant des morceaux de glace de la taille d’un autobus qui tonnent dans l’eau. Le front du glacier est large de près de cinq kilomètres et la lumière changeante le rend tantôt blanc brillant, tantôt bleu vif, tantôt gris pâle. Complètement gelé, mais avec un sourire inéluctable sur mon visage, je remonte dans le bus pour Calafate après huit heures - j’aurais tenu encore plus longtemps.

El Chaltén, lieu de nostalgie pour tout grimpeur ambitieux. Cerro Fitzroy et Cerro Torre sont deux des rochers les plus célèbres que l’on doit avoir escaladé. Deux icônes s’élevant vers le ciel dans les Andes méridionales ; en particulier la Torre, me semble être ; à mes yeux de non-escaladeur, une tour impossible à maîtriser. J’ai entrepris cette randonnée pour mon 31e anniversaire - jusqu’au pied du Cerro Torre. Ou du moins aussi près que je peux me rapprocher sur des sentiers plus ou moins consolidés et balisés. Mais je n’ose pas m’aventurer en terrain complètement libre, surtout puisque je me déplace seul. De retour au village, je m’offre – comme vous le soupçonnez déjà – un Submarino. Et après ce tour, c’est le meilleur Submarino de tous les temps.

Un fin avec chocolat à Ushuaia

Les deux jours suivants, je les passe à nouveau en bus. Retour à Calafate, à travers les étendues presque infinies de la pampa patagonienne jusqu’à Rio Gallegos et, après une courte nuit, jusqu’à la ville la plus australe du monde, Ushuaia. On m’avait prévenu que sur le canal Beagle, on ne voit le ciel que deux fois par an. J’ai de la chance, j’ai chopé une des deux fois – pendant presque une semaine entière.

Je fais une croisière en voilier sur le canal Beagle et je visite l’île la plus australe de l’Argentine, une réserve naturelle et une zone de nidification d’oiseaux que seul ce bateau de tourisme est autorisé à visiter. L’île aux otaries sur le chemin du retour reste gravée dans la mémoire principalement à cause de l’odeur pestilentielle - pas des otaries, mais des oiseaux. Et pour terminer, une autre belle randonnée est de rigueur. Mon choix se pose sur le parc national Tierra del Fuego à l’ouest d’Ushuaia. Un bon choix : des forêts et des pâturages magnifiques ; des rayons de soleil chauds qui percent la canopée ; des ruisseaux, tantôt bruyants, tantôt au doux clapotis, des lacs et des baies. En fait, un dernier jour parfait en Patagonie. Une seule chose manque encore : un chocolat chaud avant le départ. Check.

Photos : Oliver Fischer

Conseils voyages Kuoni

Prenez rendez-vous pour des conseils avec un expert dans une agence de voyages près de chez vous afin d’en apprendre davantage sur votre hôtel préféré. Grâce à l’aide de nos experts, vous trouverez le voyage qui vous convient le mieux.

Prendre rendez-vous pour des conseils