Roadtrip à travers de la Californie

En route dans le Golden State

Auteur

Harald Schreiber

Harald Schreiber est un sportif de montagne passionné de voyages. Il a un diplôme d’histoire et de linguistique de l’université de Bâle. Pour l'heure il est conseiller en communication pour une entreprise suisse. Il organise ses loisirs le plus souvent possible dans les montagnes sur toute la planète. Selon la saison, il emporte avec lui des skis, des chaussures de randonnée ou des chaussures d’escalade. L’aspect sportif de son activité lui permet de voyager dans des pays lointains en dehors des sentiers battus et fait de lui un intermédiaire fiable pour le contact avec les autochtones.

«  And the road becomes my bride ; I have stripped of all but pride, so in her I do confide ; and she keeps me satisfied, gives me all I need.  »

   - Metallica   

Point de départ San Francisco

Les mains sur le volant, les lunettes de soleil sur le nez et Metallica à la radio, nous vrombissons vers l’est sur l’Interstate 580 californien. Dans le rétroviseur, se perdent les contreforts de San Francisco, où le groupe est installé depuis 1982. Aucun nuage ne vient troubler le ciel bleu immaculé. San Francisco est également la ville où nous sommes sortis perdants, une heure plus tôt, dans une discussion avec la compagnie de location de voitures. La plus petite voiture pour deux plus grands sacs à dos ? Du jamais vu, beaucoup trop petit ! Et plus pour un « roadtrip » à travers le nord de la Californie ? Pas question ! En passant devant des buissons jaunâtres séchés dans notre nouvelle Chevrolet Malibu, nous ne savons plus quel argument nous a finalement incités au surclassement. Le fait est que nous avons beaucoup d’espace, de la puissance sous le capot et un système de son qui rend justice à la musique.

Après quatre jours de « baignade urbaine » à San Francisco, nous sommes heureux de laisser cette grande ville derrière nous. Pourtant, la ville est extrêmement diversifiée et offre de quoi satisfaire tous les goûts : shopping obligatoire au centre-ville, visite touristique traditionnelle au Fisherman’s Wharf, dîner et mode de vie flashy à Castro et bars de musique alternative dans le Mission District, pour n’en citer que quelques-uns. Notre séjour dans la ville a également été enrichi par la tenue simultanée de la semaine annuelle « Fleet Week » de la marine américaine, agrémentée par un spectacle aérien Blue Angels et une visite du président. Mais maintenant, la route ouverte offre un contraste bienvenu.

Un paradis pour les grimpeurs

Le signal de la station de radio 107.7 « The Bone » s’affaiblit au fur et à mesure que nous avançons vers l’intérieur des terres et finit par disparaître complètement. Nous suivons la route qui contourne Modesto et Merced à l’est. Notre destination est le parc national de Yosemite. Alors que la végétation commence à devenir plus sèche et plus clairsemée à mesure que la distance à la côte augmente, plus à l’est, sur la route nationale 99, elle regagne en variété et en couleur. Après une demi-journée, les plaines arides se transforment en collines boisées à l’approche de la Sierra Nevada.

Alors que les collines se transforment en parois rocheuses qui ne permettent pas le passage des signaux radio, le parc national de Yosemite ne peut plus être très loin. Le parc doit sa renommée non seulement aux forêts denses et aux chutes d’eau spectaculaires, mais avant tout aux gigantesques parois de granite qui dominent le panorama dans toutes les directions et passionnent environ 4 millions de visiteurs par an. En particulier, deux parois se détachent littéralement de la masse des curiosités rocheuses : El Capitan et Half Dome. Mesurant entre 600 m (Half Dome) et 1 000 m (El Cap) de hauteur, ces géants en granite assurent aux grimpeurs du monde entier des étincelles dans les yeux et yeux brillants et des paumes de main humides. Alors que les grimpeurs sont principalement hébergés dans l’historique Camp 4, le parc offre une gamme d’autres options de couchage, allant d’une tente consolidée pour environ 100 dollars, au luxe 5 étoiles de l’hôtel Ahwahnee pour 500 dollars par nuit. Ceux qui ne se soucient pas d’un endroit pour dormir dans le parc tôt le matin, dorment dehors - tout comme nous. Même à 20 minutes à l’extérieur du parc, les tarifs des chambres sont salés, mais il peut arriver qu’il y ait un jacuzzi dans la chambre d’hôtel - juste à côté du panneau vous demandant de ne pas faire de gaspillage d’eau.

Un voyage dans le temps à Bodie

Nous quittons le parc par la Big Oak Flat Road et le Tioga Pass, haut de 3 031 m, en direction du Mono Lake. Une fois de plus, nous sommes surpris par la soudaineté avec laquelle la végétation et le paysage se transforment ici. Dès que le col disparaît dans le rétroviseur, on se retrouve dans le Great Basin, un paysage désertique et sec. En même temps, on a l’impression d’avoir voyagé dans le temps. Ceci est renforcé par une visite de la ville fantôme de Bodie, où l’on se sent étrangement déplacé sans revolver et chapeau à large bord.

Programme de contrastes au South Lake Tahoe

En suivant le Highway 395 vers le nord, nous sommes brusquement ramenés de la nostalgie « western » aux temps modernes, lorsque la radio de notre Chevrolet découvre, par hasard, la station rock 104.5, à nouveau dominée par Metallica. Ainsi secoués et réveillés, nous arrivons à South Lake Tahoe. Situé directement à la frontière du Nevada, l’endroit présente une image schizophrène. Alors qu’au Nevada, un grand casino succède à l’autre, la partie californienne de la ville disparaît entièrement dans une forêt de conifères. Les gens reflètent parfaitement ce contraste. Car South Lake Tahoe attire non seulement les joueurs, mais également de nombreux amateurs de plein air. Peu importe qu’il s’agisse de rameurs, de coureurs, de randonneurs, d’alpinistes, de vététistes ou de skieurs, ici, chacun trouvera son bonheur.

De géants arboricoles et de côtes accidentées

Le signal de la station rock 104.5 s’affaiblit à mesure que nous suivons de nouveau la route 50 en direction ouest. Notre chemin nous mène à travers les pommeraies de Placerville et les célèbres vignobles de Napa Valley jusqu’à la gigantesque forêt de Redwood, sur la côte Pacifique. Mais pour le moment, il n’y a pas grand-chose à voir, car Avenue of the Giants est bordée des deux côtés par des séquoias géants. Certains géants arboricoles sont même si larges que la route en traverse le tronc comme un tunnel. Nous continuons vers le sud à travers la forêt obscure jusqu’à ce que les arbres disparaissent soudainement, sans préavis, et qu’une vue imprenable sur la côte sauvage du Pacifique s’offre à nous. La pittoresque ville côtière de Mendocino, qui attire avant tout les artistes et les hippies, invite à y passer la nuit et à se détendre. Entre les maisons victoriennes et les « blueberry pancakes » au petit-déjeuner, cependant, il y a un danger qu’une nuit ne se transforme rapidement en plusieurs. Il est frappant de constater le nombre de fois qu’une herbe médicinale, légalement disponible en Californie que depuis peu, est proposée aux visiteurs bien portants.

Wherever I may roam

Notre roadtrip touche à sa fin et donc, nous mettons le cap vers le sud. Tout d’abord en passant par le parc national de Van Damme, puis le long de la route 101 via Cloverdale et Berkeley, pour revenir à San Francisco. Alors que le paysage redevient de plus en plus urbain, l’autoradio de notre Chevrolet retrouve, aux environs de Petaluma, également la station 107.7 « The Bone » et nous clôturons notre circuit au son de nos constants compagnons de route, Metallica. 

« Only knowledge will I save, to the game you stay a slave ; rover, wanderer, nomad, vagabond ; call me what you will.  »

-Metallica

Quelques conseils

  • San Francisco : bar Zeitgeist (bar avec musique alternative)

  • South Lake Tahoe : Emerald Bay (motif de carte postale et point de départ de randonnées)

  • Yosemite National Park : randonnée Eagle Peak (superbe vue panoramique incluant Half Dome et El Cap)

  • Mendocino : Didjeridoo Dreamtime Inn (familial et excellent petit-déjeuner)

  • Berkeley : The Faculty Club (conseil d’initié sur le campus lorsque tous les hôtels sont occupés en raison d’un événement sportif) 

Conseils voyages Kuoni

Prenez rendez-vous pour des conseils avec un expert dans une agence de voyages près de chez vous afin d’en apprendre davantage sur votre hôtel préféré. Grâce à l’aide de nos experts, vous trouverez le voyage qui vous convient le mieux.

Prendre rendez-vous pour des conseils