Rien ne presse à Zanzibar

Une journée dans un endroit où tout est « pole pole »

Voyageur

Alessandro Spadola

C’est un homme d’action : le designer de brochures Alessandro Spadola. Avec son penchant pour le style et l’expression, il évoque ce petit quelque chose de particulier, même en teintes de gris. Les destinations de voyage classiques ne sont pas pour lui - avec un zeste de curiosité et de courage, il préfère explorer les recoins les plus reculés de la planète. Il trouve son équilibre intérieur dans l’art martial de krav-maga ou avec une portion de pâtes ; le tout selon la recette sicilienne.

Deux règles à suivre pour tout voyageur à Zanzibar : règle numéro 1 : pole pole, tranquille tranquille. En tant que voyageur européen, on entend cette expression swahilie surtout lorsqu’on demande au bout de cinq minutes « mais où donc est le taxi ». Et si le chauffeur ne se pointe même pas, la règle numéro 2 s’applique : TIA. This is Africa. C’est comme ça ici. Tout peut, rien ne doit, parfois le taxi vient, parfois non. Tant pis pour ceux qui s’énervent ! 

Nous avons de la chance. Notre chauffeur de taxi tourne ponctuellement dans l’accès à l’hôtel et, après les premiers kilomètres dans le village de Jambiani, nous remarquons : son style de conduite est tout sauf pole pole. Comme si nous avions un gyrophare bleu sur le toit, il dépasse les taxis locaux « Dala dala » en pétaradant, ignore les nids-de-poule et klaxonne à tous les cyclistes de s’écarter. Lorsque nous arrivons à un contrôle de la circulation, il récupère calmement un billet de shillings de la pile dans la boîte à gants et donne une bonne poignée de main au policier. L’affaire est ainsi réglée et nous repartons à la même vitesse vers la ville de Zanzibar.

La ville nous accueille avec un ciel bleu vif et un mélange inhabituel de rues bordées de palmiers et de charme de la RDA. Les immeubles en béton préfabriqués dans le district de Michenzani datent de la fin des années 1960 et sont un cadeau de l’Allemagne de l’Est. Un remerciement pour le fait que Zanzibar avait officiellement reconnu la RDA comme un État. Devant l’entrée d’une maison gris-souris, un petit groupe de femmes avec des sacs de courses semble s’amuser de quelque chose. Des robes drapées aux couleurs vives, des foulards aux couleurs vives, des sandales aux couleurs vives ; avec leur garde-robe colorée, les dames ressemblent à une palette vivante de Pantone - aux motifs orientaux et africains.

Nous descendons à Stone Town, la vieille ville protégée par l’UNESCO de Zanzibar City pour y rencontrer notre guide touristique. Il s’agira d’une excursion à travers l’histoire mouvementée de Zanzibar et d’une visite des lieux qui caractérisent la vie quotidienne des habitants de l’île. Jusqu’au XIXe siècle, Zanzibar était le principal centre de commerce des esclaves et de l’ivoire. Là où se trouve aujourd’hui l’église anglicane, les gens faisaient autrefois l’objet d’échanges commerciaux. Le trafiquant Tippu Tip, probablement le plus célèbre et le plus redouté, aurait poursuivi ses horribles activités bien après l’interdiction de l’esclavage en 1873.

Dans les halls du marché sur Creek Road, nous nous mêlons à l’agitation. Nous rencontrons à nouveau les dames Pantone, mais également des messieurs avec des kofias brodés sur la tête et de longues tuniques kanzu blanches. Ils marchandent à tue-tête des fruits exotiques et des légumes, qui me sont en partie inconnus, de toutes les couleurs. Mais également le poisson, qui malgré la forte chaleur est disposé non refroidi sur des tables en bois, prêt à la vente. Je me rends alors compte pourquoi le cuisinier du restaurant de l’hôtel fait toujours trop cuire les plats ou les fait rôtir jusqu’à ce qu’ils soient durs et coriaces. Lorsque je souhaite prendre une photo de cette surface de vente peu familière, tous les gens font un pas en arrière et me laissent de la place. Personne ne nous regarde bizarrement, bien qu’on puisse reconnaître de loin que nous sommes des touristes. Apparemment, les seuls.

Notre guide nous conduit ensuite au lieu de naissance présumé de Freddie Mercury, le frontman de Queen. Mais que ce soit exactement cette maison, ou peut-être celle d’à côté, on ne le sait pas vraiment. La porte d’entrée est impressionnante, pourrie, mais avec ses magnifiques sculptures, elle a une apparence très spéciale. Sans parler des portes en bois des maisons des marchands : majestueuses, polies à la brillance et aux clous dorés. La porte d’entrée était, et est peut-être encore, considérée à certains endroits comme un symbole du statut.

Nous déjeunons dans un restaurant à proximité. Du curry de légumes pour ma copine végétarienne, des pâtes pour moi. Grosse erreur. Alors que le curry s’avère paradisiaque et qu’il est en quelque sorte une illustration du surnom de Zanzibar, « l’île aux épices », ma sauce tomate est dépourvue de tout goût. La promenade dans une plantation d’épices au courant de l’après-midi me remonte le moral. Notre guide de la plantation explique que la cannelle provient d’une écorce, que les clous de girofle sont le top de l’exportation et que la vanille ressemble aux gousses de haricots. Pendant qu’il parle, son assistant cueille les épices, les herbes ou les fruits de la plante et nous les remet pour que nous puissions les sentir et les goûter. On dirait qu’une herbe pousse ici pour soulager toute souffrance. Je suis étonné de la connaissance des deux hommes et de leur lien avec la nature. Ça me rappelle pole pole. Être lent, c’est également de prendre le temps. Les Zanzibaris sont un exemple de ce qui nous manque parfois dans la vie quotidienne.

Le point culminant de l’excursion de la plantation d’épices est le roucou (bixa orellana), également appelé l’arbre rouge à lèvres. L’assistant ouvre le fruit en forme de châtaigne pour révéler les baies rouges et en peint ses lèvres. Maquillage naturel. Ma copine est ravie. Tout le monde rit aux éclats, c’est le brise-glace. Et maintenant, nous ne sommes plus les seuls à poser des questions. Ils veulent également savoir quel rapport nous entretenons avec la nature. Dans tous les sens du terme. Pour un couple non marié, voyager comme nous, ce n’est pas possible ici.

En fin d’après-midi, de retour dans notre hôtel-boutique au nom mélodieux de Mwezi (clair de lune en swahili), la leçon sur la nature continue. C’est la marée basse et l’eau s’est retirée au large. Un paysage d’une beauté indescriptible, aux tons de sable et de turquoise dans toutes ses nuances, se présente à nous. Des femmes locales en sandales pataugent et chargent des sacs entiers d’algues qu’elles avaient attachées à des cordes des semaines auparavant. Plus tard, elles équilibreront leur récolte sur la tête, le dos droit comme un piquet, et la vendront aux négociants. Comme ces algues sont riches en carraghénane et en agar-agar, elles sont utilisées dans l’industrie cosmétique et alimentaire. La carraghénane, par exemple, est également connue comme additif alimentaire ou épaississant dans les laits frappés, les crèmes pour la peau et les « oursons d’or ».

Nous nous promenons le long de la plage solitaire et observons l’animation. Nous ne rencontrons guère d’autres touristes, comme les jours précédents. Ici et là, une horde de jeunes joue au football dans le sable, parfois un cycliste croise notre route, les beach boys veulent nous vendre leurs marchandises. « Jambo » - bonjour - nous interpellent-ils. De loin, nous reconnaissons notre destination : le restaurant The Rock. On dirait une île enchantée tirée d’un livre de contes de fées. Nous dégustons un fabuleux repas et nous nous ressourçons à la vue de la mer, qui revient lentement avec la marée. Au retour, nous devrons prendre un bateau, ce qui est romantique. Et plus tard un taxi, ce qui est moins romantique. Une fois de plus les nids-de-poule, une fois de plus le klaxon. La nuit est déjà tombée lorsque nous rentrons à l’hôtel et nous nous installons confortablement sur la terrasse. La lune brille au-dessus de nous - une gigantesque boule rouge foncé. D’innombrables étoiles ornent le firmament et couronnent la nuit.

Propos recuiellis par : Magdalena Ostojić
Photos : Alessandro Spadola

Conseils voyages Kuoni

Prenez rendez-vous pour des conseils avec un expert dans une agence de voyages près de chez vous afin d’en apprendre davantage sur votre hôtel préféré. Grâce à l’aide de nos experts, vous trouverez le voyage qui vous convient le mieux.

Prendre rendez-vous pour des conseils