Cap de bonne-espérance

et de bons raisins

Auteure

Shirley-Ann Amberg

Après une brève carrière de mannequin dans les métropoles de Milan et du Cap, et quelques années au poste de contrôleur de gestion dans une grande banque, Shirley-Ann Amberg a fait de sa passion un métier et a terminé ses études de sommelière dans la région du lac de Zurich, qui l'a vue naître. En plus des repas gastronomiques et autres cours d'œnologie, elle optimise la carte des vins de divers établissements, travaille à l'écriture d'un livre sur le vin et écrit des chroniques sur le vin pour divers journaux et magazines suisses comme annabelle, 20 Minutes, Bilanz, NZZ et Weinwisser.

Bien que la tradition viticole de l’Afrique du Sud soit vieille de plus de trois cents ans, le vin sud-africain n’est connu internationalement que depuis les années 1980, suite à l’isolement général du pays au début du temps de l’apartheid en 1948, et les sanctions commerciales qui ont suivi.

Au cours des dix dernières années, les ventes mondiales de vin sud-africain ont presque explosé, avec une augmentation des ventes de 70 millions, à environ 280 millions de litres.

L’histoire du succès de l’Afrique du Sud a été façonnée, entre autres, par la structure diversifiée des fournisseurs de l’industrie vinicole sud-africaine. En plus des grandes marques établies qui ont fait leurs preuves sur les étagères nationales, il existe également un large éventail de styles de vins individuels, provenant de nombreux petits vignobles. On compte actuellement environ 4 400 viticulteurs. Près de 400 000 personnes sont employées dans les vignobles et les caves d’Afrique du Sud.

Le dynamisme de l’industrie vitivinicole sud-africaine se montre très optimiste, bien que le renforcement du rand sud-africain (ZAR) ait resserré les conditions cadres économiques des exportations et du coût du capital. Néanmoins, chaque année, de nouvelles caves voient le jour, dont certaines se sont dissociées des coopératives, ou des personnes issues d’un autre domaine professionnel qui osent réaliser leur rêve de posséder leur propre vignoble. Une génération moderne de vignerons qui, après la fin de l’apartheid, ont finalement pu acquérir une expérience mondiale, reviennent, motivés, au Cap pour exploiter le potentiel inexploité et développer leurs propres identités. La connaissance toujours plus précise des sols et du climat renforce également le débat sur le terroir en Afrique du Sud et la motivation à mettre en évidence les particularités régionales des styles de vins. Et cela, sur les sols les plus anciens de la terre.

Depuis la fin de l’apartheid, de grands efforts ont été entrepris pour associer plus étroitement les couches précédemment défavorisées de la population à la propriété foncière et au savoir-faire. Par ailleurs, des prix minimaux du commerce équitable sont fixés en concertation avec les organisations de producteurs, indépendamment des fluctuations de prix. Ils couvrent à la fois les coûts de production encourus dans des conditions de travail et de vie décentes tout comme le coût de la vie au quotidien. Des vins issus de la production équitable sont proposés depuis 2005. Fairtrade est un mouvement mondial qui est soutenu et conçu sur un pied d’égalité par les acteurs les plus défavorisés des chaînes d’approvisionnement : les petits agriculteurs et les travailleurs des pays du Sud global. Les vins labellisés Fairtrade sont un complément significatif et agréable à toute gamme de vins et les acheteurs ont la certitude que les producteurs et les viticulteurs avec leur famille peuvent vivre de leur travail. Et les clients, qui ne savent pas ce qui leur plaît, éprouvent au moins une certaine paix de conscience et d’âme grâce à l’achat de vin Fairtrade. Si le vin est destiné à être offert en cadeau ou pour une occasion, il témoigne d’un engagement social.

Aujourd’hui, on compte environ 50 vignobles certifiés Fairtrade en Afrique du Sud, et tous se sont fixés comme objectif non seulement de produire un excellent vin, mais également de contribuer à faire de l’Afrique du Sud un endroit meilleur. Dans la Breedekloof Valley à l’ouest du Cap, le projet « Fairtrade Wine » a également été lancé par le producteur de ce Chardonnay. Le vin répond avec succès non seulement aux exigences gustatives, mais également à toutes les normes de Max Havelaar. « Répondre aux normes » ne paraît pas aussi grandiose que cela ne l’est en réalité, car grâce à la prime Fairtrade, il a déjà été possible d’inaugurer une école de jour pour les familles paysannes de la vallée.

L’école favorise ainsi durablement le développement de la région. Concrètement, cela signifie pour plus de 200 enfants et leurs familles :

  • une garderie avec encadrement pour les enfants

  •  une école primaire avec une bibliothèque

  • un centre informatique dont les 50 PC sont également accessibles aux étudiants et aux agriculteurs

  • un camion bibliothèque avec livres, ordinateurs et accès internet

Pour les villages isolés :

  • deux repas par jour pour les enfants

  • des infirmeries pour les écoliers et les personnes âgées de la région

  • bourses d’études pour les jeunes de la vallée

 

Ce vin intense, plein de caractère, présente un beau fruité croquant avec des notes de pêche et d’agrumes. En bouche, il est rond, moelleux et très facile à boire. Easy-to-drink, comme on dirait en Afrique du Sud.

Texte & images : Shirley-Ann Amberg

Conseils voyages Kuoni

Prenez rendez-vous pour des conseils avec un expert dans une agence de voyages près de chez vous afin d’en apprendre davantage sur votre hôtel préféré. Grâce à l’aide de nos experts, vous trouverez le voyage qui vous convient le mieux.

Prendre rendez-vous pour des conseils